Tous les articles par lefeudebesancon

La fac ne fait que révéler ton cœur… elle ne le change pas !

Que faire avec un cœur brisé ? Je ne parle pas d’une histoire de cœur, mais du cœur brisé que nous possédons tous, celui qui a été brisé par la chute. Ce cœur brisé qui a conduit David à séduire la fille la plus sexy du campus. Ce cœur brisé qui a empêché Pierre de manger à la table des « boulets » (Galates 2.11-12). Ce cœur brisé qui nous pousse à préférer plus ou moins tout à Jésus.

La traduction de cet extrait te donne une idée du post original de Sammy Rhodes (en anglais), qui s’intéresse à ce qu’est d’être un chrétien sur le campus. Si tu es concerné, lis cet article ! Et voici trois autres raisons de le lire :

  1. Septembre, synonyme de rentrée, est le bon moment pour se poser des questions fondamentales sur son identité en tant qu’étudiant.
  2. Septembre, comme n’importe quel moment, est le bon moment pour se poser des questions fondamentales sur son identité en tant que chrétien.
  3. Septembre, après 3 mois de repos, est le bon moment pour réactiver son anglais.

Adorer Dieu, même dans l’obscurité

La Bible entière invite à placer sa confiance en Dieu, indépendamment des circonstances. Et c’est vrai que Dieu est digne de confiance, qu’être en lui est notre plus grand bien, quelle que soit notre situation par ailleurs.

Pourtant, des fois, on a l’impression que la confiance en Dieu demande un effort trop grand. Notre foi est-elle trop faible ?

Ce post de Jonathan Parnell s’intéresse à cette question. La traduction d’un extrait :

Parfois, le poids de nos épreuves est si lourd que nous avons l’impression de ne plus pouvoir garder la tête hors de l’eau. La douleur est si virulente, le malaise si épais, que nous ne pouvons pas imaginer que notre situation puisse s’améliorer. La guérison nous semble impossible, l’espoir définitivement envolé. Et même si nous essayons d’espérer, la douleur devient plus aiguë. Autant ne pas prier. Surtout ne pas réfléchir, pour ne pas être assailli par ces ruines et cette obscurité.

L’auteur s’inspire du Psaume 88.

Lisez ce post pour :

  • vous préparer à rencontrer ce genre de situation… parce que personne n’est épargné
  • mieux vous émerveiller sur le livre des Psaumes, et surtout sur son Auteur
  • progresser en anglais

Être sauvé et faire le bien : quel rapport ?

Les chrétiens affirment que pour être sauvé du jugement dernier, on ne peut rien faire ; que Dieu nous sauve sans aucune action de notre part.

Et la réponse des non chrétiens est souvent que c’est trop facile, ou alors qu’une fois qu’on s’est converti, on peut faire ce qu’on veut, c’est pratique…

Lisez ce post de John Piper pour :

  • comprendre l’impact de nos œuvres sur le fait d’être sauvés
  • comprendre l’impact du fait d’être sauvé sur nos œuvres
  • progresser en anglais

La traduction d’un extrait en français :

La justification n’a pas de rapport avec les œuvres. La justification nous assure que la colère de Dieu est éteinte. Ainsi, son Esprit peut agir en toute liberté, là où les œuvres sont à la fois possibles et nécessaires.

Et le salut est une réalité qui dépasse la justification ; la justification n’est qu’un aspect du salut. Le salut contient d’autres aspects qui ne sont pas « sans les œuvres », mais bien dépendants des œuvres, bien que non mérités par les œuvres.

Jésus, juste un bon enseignant ?

Vous avez déjà entendu parler du Sermont sur la Montagne. Vous avez déjà entendu « Aimez vos ennemis » et « Tendre l’autre joue  » : ça, c’est dans le Sermont sur la Montagne.

Le Sermont sur la Montagne montre à quel point l’éthique qu’enseignait Jésus était bonne. Mais se limiter à ça c’est fermer volontairement les yeux sur certaines paroles du Sermont sur la Montagne. C’est ce que cherche à montre John Piper dans ce post.

Pour vous donner une petite idée, voici la traduction de quelques extraits du post :

Comment Jésus se positionnait-il personnellement par rapport aux enseignements du Nouveau Testament ? Sa personne était-elle essentielle pour, par exemple, l’éthique du christianisme ?

[…] alors que l’on pense que Jésus était un enseignant de l’amour, révolutionnaire parmi les enseignants juifs, on reçoit en pleine face les propos extravagants qu’il tient… sur lui-même.

Pourquoi lire ce post ?

  • Quand on croit connaître un texte, il est bon de s’y confronter à nouveau.
  • Quand on croit savoir ce que dit un texte, il est bon de se confronter à ce que d’autres en pensent.
  • Parce que si l’enseignement de Jésus était bon, ça vaut le coup de se poser des questions sur l’auteur de l’enseignement.
  • Parce que les vacances, c’est le moment idéal pour entretenir son anglais.